Cinema-Man on WireCe mec, je continue de l’adorer, surtout quand au hasard de ses chansons, il nous permet de découvrir un tel personnage (ce qui est quand même le comble : découvrir un français quasiment méconnu en France depuis + de 30 ans, Philippe Petit, par l’intermédiaire d’un américain…). Même si il n’a pas été diffusé dans les salles, le film est passé sur Canal + je crois et il existe en DVD.

Last year there was an amazing documentary called Man On Wire. I cited it as my favorite film of 2008, and it ended up winning Best Documentary at the 2009 Academy Awards.

At the end of the film, there is a beautiful piano composition by Erik Satie entitled 3 Gymnopédies: Gymnopédie No. 1. I’ve watched Man On Wire 3 or 4 times now, and the melody of that one composition always seems to stick with me for days every time I hear it. It’s so simple and beautiful. I don’t play very much piano, but I actually took the time to sit down and learn it since it seemed simple enough.

PlayRadioPlay! (Soon to be Analog Rebellion) – « Father Taught Me To Tie My Shoes »


Man on Wire – Part 9 – Final : la partie où l’on entend la Gymnopédie d’Erik Satie intervient aux 8 minutes environ, mais d’autres scènes du film reprennent ce thème.

Philippe Petit lors d’une projection du film en France fin 2008 : « Moi qui croyais que j’étais boudé en France… »


Thomas Dybdahl – Man On A Wire (extrait de l’album What’s Left Is Forever / Sortie le 16/09/2013)