It feels so good to be Back again…

Dale Grundle / interview Attica Webzine : Aussi, nous avions quelques problèmes personnels au sein du groupe- Alice et moi avions été en couple plusieurs années et quand nous avons rompu nous avons beaucoup donné en tant que personne. Nous n’avons jamais vraiment eu le temps ni l’espace pour guérir parce que nous travaillions ensemble tout le temps.

Que s’est-il passé pour toi entre la fin de The Catchers et la formation de The Sleeping Years ?
J’ai commencé à travailler immédiatement sur de nouvelles compos et j’ai même joué deux concerts à Londres avec des amis mais ça ne marchait pas vraiment pour moi. Je crois que j’avais besoin d’un break après The Catchers et aussi après être sorti d’une très longue et intense relation.

Festival_Meeting_People_is_Easy-2eme_Edition.jpg
The SLEEPING YEARS : le retour des CATCHERS après 8 longues années ‘endormies’

Le nom du groupe est-il un clin d’œil à la période de ta vie où la musique était pour toi une activité endormie ?
Dale Grundle / interview Attica Webzine : Je crois que c’est aussi moi disant ‘ Voilà ce que j’ai fait pendant mon absence.

Par Indie-Boy Traqueur le vendredi, mai 19 2006, 13:30

Dale_Grundle-The_SLEEPING_YEARS-ex_CATCHERS.jpgHier, je traînais sur Google (et accessoirement aussi sur le concours pochettes Kinder Surprise de One & One make Five : Tyler, on t’aura) pour savoir s’il y’avait eu des réactions sur l’interview émouvante de Jason Lytle, diffusée mardi chez Lenoir, et je suis tombé sur cette 3ème page de résultats (requête « Grandaddy + ‘Bernard Lenoir' ») dont l’un des 10 résultats pointe sur la page MySpace de The Sleeping Years. Alors pourquoi j’ai cliqué sur ce lien et pas un autre? (ouais je sais j’pars toujours en digressions persos interminables dont tout l’monde se branle pas mal, mais comme je l’dis souvent, j’écris comme je pense, comme ça, cash sans relecture…et puis c’est MON blog, j’vous oblige pas à l’lire). Eh bien parc’que dans ma tête, The Sleeping Years, c’étaient les formidables slowdiviens The Daysleepers dont vient de parler Fingers in the Nose, on y revient (je m’disais : wouâh putain!, ils sont passés en Black Session les Sleeping Years ou les Daysleepers je sais + quoi? la classe!) : et en fait, ni les ‘Endormis toute la journée’, ni ‘les Années passées à dormir’ (ce qui revient au même en fait : si tu dors tous les jours, tu dors toute l’année, c’est con c’que j’dis…) ne sont passés en Black Session chez Lenoir, mais il s’agit des Catchers, une moitié des Catchers du moins, à savoir Dale Grundle, qui sort enfin de son sommeil profond, retournant à la lumière après sa longue traversée du tunnel prémonitoire sur leur dernière pochette d’album. Quand je suis tombé par inadvertance sur cette page, que la musique MySpace a démarré automatiquement et que j’ai reconnu la voix de Dale, vous pouvez pas savoir ce que ça m’a fait, non vous pouvez pas savoir, c’est de l’émotion pure, de la The_DAYSLEEPERS-Buffalo-NY-USA.jpgnostalgie, de l’espoir retrouvé, un retour en arrière hyper accéléré en 94, année où je les avais découverts comme vous tous sur l’EP à la pochette aquatique Shifting : pire que l’émission d’M6 sur les trentenaires qui se retrouvent! Ah mon Dieu de la Musique qui êtes aux Cieux, que Votre Nom soit sanctifié pour ce retour inattendu…Alors bien sûr, la joie, l’incousiance et le côté guilleret de leurs chansons des débuts n’est plus là, mais Dale garde cette voix si particulière, reconnaissable entre toutes et cette mélancolie si poignante qui faisait que j’adorais le 2ème et dernier album Stooping to fit (et pas l’1er Mute, mal produit, arrivé trop tôt et en doublon par rapport aux 2 EP’s), aux chansons sublimes comme Deflect. Pas mal de choses se sont passées pendant ces huit ‘sleeping years’ (nom de groupe en référence à la chanson Beauty #3 sur le 1er album : ‘In her sleeping years deeply slung…’ ), Dale ne vit plus avec la chanteuse Alice Lemon, Peter le batteur a déménagé à Melbourne amoureux d’une infirmière australienne, leur label Setanta ne marche plus très bien et peut être désormais considéré comme un petit label, etc. Toutes ces infos, et bien + encore, vous pouvez les retrouver sur la formidable interview traduite en anglais (bravo d’y avoir pensé, il faut jouer sur les 2 tableaux, c’est la seule façon d’attirer + de traffic et donc de grandir, d’évoluer…) du webzine ATTICA (Apparté : hello Anakin, j’ai pas oublié que tu as été l’un des 1ers acteurs du web indé à m’envoyer un mail et me référencer : je sais très bien que je parle trop souvent des autres webzines A Découvrir Absolument ou SDEP, et pas assez de vous, alors milles The_SLEEPING_YEARS-Islands_Lyrics.jpgexcuses de ne pas aller assez régulièrement sur vos pages) : une nouvelle fois, je croyais avoir la nouvelle du siècle, mais non, Attica vient d’en parler au début du mois et même la Blogothèque via PasLongtemps avait annoncé cette reformation, en tout petit dans les News…décidément, difficile d’être original dans cette Blogosphère, difficile de ne pas dire ce qui a déjà été dit ailleurs. Si vous souhaitez avoir une partie de réponse à ce questionnement existentiel que pas mal de blogueurs ont je pense connu un jour, allez voir ce formidable billet de Rorschach, du blog voisin Le Bruit qui pense, il le mérite…En attendant, Dale Grundle n’a toujours pas de label, alors Lenoir, fais un effort, tu as bien reçu dans ta tonne de CD’s promos une petite démo de Dale Grundle accompagnée d’une petite lettre: ‘Hello, je suis Dale Grundle, l’ex chanteur des Catchers : vous vous souvenez de moi? j’ai enregistré une Black Session chez vous et participé au Festival des Inrockuptibles. Je viens juste vous demander un petit passage radio de mes démos sur votre radio nationale.‘ Mais bien sûr je m’en souviens! Et Dale Grundle passa sur France-Inter, et Dale Grundle retrouva un label (c’est pas gagné! même avec un passage radio : quand tu vois que Brave Captain, alias Martin Carr des Boo Radleys, se retrouve à mettre son 6ème album (y’en a dans la salle qui ont acheté les 5 premiers?) en libre téléchargement : sa page MySpace ICI / HERE), et Indie-Boy, il était heureux…

myspace.gif myspace.com/thesleepingyears

mp3_logo.gif Islands Demo en libre téléchargement sur le site officiel des Sleeping Years à cette page site_officiel.gif

mp3_logo.gif des Catchers, au cas où vous ne connaîtriez pas ou que vous soyiez trop jeune, sur leur page MySpace ou sur leur site officiel à cette page (y’a des inédits, démos, lives, remixes, etc)

Interview ANGLAIS/FRANCAIS de Dale Grundle des Sleeping Years sur Attica Webzine à cette page